28/10/2013 : go, go, go

octobre 28, 2013 by Desbrosse G. - Pas de commentaire

28/10 : go, go, go

lundi 28 octobre 2013 – Montréal
Go Go Go

La fin de semaine (week-end) est terminée, ce matin, la Rotonde monte dans le char (voiture) de location et commence à sillonner les routes : de la Rive-Sud à la Rive-Nord de Montréal, nous terminerons notre journée dans le centre-ville.

Premier RDV avec Julie BOIVIN, une ancienne de ma promo. Julie est géographe et enseigne au CEGEP de Lanaudière à Terrebonne (lycée, prépa) Elle nous accueille avec son beau sourire et nous amène dans sa salle de cours. Nous nous y sentons bien, elle est lumineuse et une panoplie de cartes thématiques veillent sur les étudiants.

Julie se débrouille comme une chef pour l’interview audio et vidéo, elle nous transmet sa passion pour la géographie et son métier d’enseignante. Nous avons passé 1 heure avec elle, mais nous n’avons pas vu le temps défiler, vite il faut reprendre la route pour notre prochaine destination.

Nous reprenons la route en destination du centre-ville, nous partons à la rencontre de mon ancien professeur de géomorphologie structurale de l’UQÀM, Jacques Schroeder. Ça fait un peu plus de 10 ans que je ne l’ai pas vu. Juste avant de se rendre à son bureau, Guillaume et Christine découvrent le département de géographie et surtout les photos de finissants des anciennes promus. Nous sommes devant la mienne, ils identifient Julie Boivin et hop, « Où est notre Julie de la Rotonde », pas là. J’en déduit que j’ai manqué une étape et qu’il faillait envoyer notre photo officielle avec la toge et le diplôme au service des étudiants.

Les retrouvailles avec Jacques se font dans la bonne humeur, il n’a pas changé. Après une quinzaine de minutes à discuter des années qui viennent de s’écouler, il faut s’installer pour l’entretien. En 1h30, Jacques définit la géomorphologie, décrit le paysage québécois et explique la formation du Bouclier Canadien, des Appalaches, des Montérégiennes (souvenez-vous du Mont-royal)… Je refais tous les cours suivi avec lui à l’époque où j’étais sur les bancs de l’université.

Le temps fil, la nuit est tombée, les cartes mémoires du magnéto et de la caméra s’enrichissent de contenus, nous terminons la soirée à errer dans la ville de Montréal, petit à petit, mes collègues s’imprègnent de ma ville natale.
Julie