Le parc national de Andasibe, sur la piste des lémuriens

novembre 23, 2015 by corinne Poinas - Pas de commentaire

Notre réveil sonne tôt ce matin car nous partons à la rencontre des lémuriens. Une petite heure de route est nécessaire pour rejoindre le Parc national d’Andasibe-Mantadia. Constituée principalement de forêts primaires, la Réseve est vouée à la protection des lémuriens, dont le célèbre Indri Indri.

Nous retrouvons Tantili, notre guide expérimenté et passionné qui se prête facilement au jeu de l’interview.
Il nous conduit dans la forêt à la découverte de la faune et la flore de la Réserve et nous conduit sur la piste d’un clan d’Indris.

andasibe1

Rapidement, nous apercevons et observons des familles de maki vari roux et de bambou, des espèces de lémuriens très rependues sur l’île. Les primates évoluent d’arbre en arbre avec aisance et rapidité. Notre présence ne semble pas les distraire, ils vaquent à leurs occupations, à quelques mètres de nous seulement.
andasibe7

Après plus d’une heure de marche au cœur de la forêt, notre guide a pisté un clan d’Indri perché au sommet des grands arbres.

L’équipe, habituellement dissipée, reste sans voix et se plonge dans l’observation de cette famille d’Indris qui entame leur chant quotidien.
Durant une quinzaine de minutes, la forêt résonne des hurlements des Indris, ceux que nous observons et les réponses des autres clans.

andasibe4

Les Indris se déplacent, nous les suivons.
Tantili nous explique leur comportement.
L’Indri vit en groupe familial. À l’âge de 8 ans, le jeune mâle quitte son clan à la recherche d’une femelle du même âge. Ensemble, ils s’approprient un territoire jusqu’alors inoccupé, d’une taille de 5 à 10 hectares dont la limite est représentée par des éléments naturels (cours d’eau, vallées..). Ils forment un foyer, ont une progéniture et leurs journées sont rythmées par des rituels.

andasibe6

Au lever du jour, chaque jour, chaque clan d’Indri marque son territoire en poussant de longs cris extrêmement puissants. Puis le clan se déplace à la recherche d’un lieu consacré à la toilette quotidienne. Le groupe familial se déplace à nouveau, toujours guidé par la femme, cheffe de clan, pour aller se nourrir de fruits et de feuilles et se reposer.
Les Indris vivent en couple et sont fidèles. Ils peuvent vivre ensemble jusqu’à l’âge de 60 ans.

Nos observations prennent fin. Il est temps de quitter cette forêt exceptionnelle, heureux et encore sous le charme.

Nous remercions Tantili de nous avoir conduits jusqu’au clan de Indris et d’avoir partagé son expertise.

Sur la route, nous marquons un court arrêt sur l’île aux lémuriens où les animaux, certes apprivoisés, viennent jouer avec nous. L’occasion de les observer de très près, de les toucher et de sentir la douceur de leurs pattes sur nos mains.

andasibe5

Corinne
Parc national d’Andasibe-Mantadia
Lundi 14 septembre